23/01/2005

Elfarranne et les muses...

Quand j’imagine Elfarranne,

je la vois comme une douce

petite Elfe, avec les muses

dansant autour d’elle…

Blogueuse-poètesse, elle à

une excellente plume, dont

je vous laisse en lisant ce

texte, découvrir une infime

partie de sont talent.

 

Madame

 

Madame est une femme célèbre
Elle est très belle, elle est très fière
Elle a réussi dans la vie
Elle est très riche à ce qu'on dit.
 
Madame a mis en beauté
Ses lèvres de rouge baiser
Spécialement soigné sa toilette
Mis chapeau noir et lunettes.
 
Madame a le geste élégant
Elle fume tout en attendant
Que son chauffeur particulier
Avance sa voiture préférée.
 
Madame a une séance photos
Elle va faire la une des journaux
Elle sort le grand jeu ce soir
Elle est au top de sa gloire.
 
"Elfarranne."

 

Allez lire les autres magnifiques poèmes

D’Elfarranne sur son très joli Blog

 

http://elfarranne.skynetblogs.be

 



22:49 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

20/01/2005

J'aime les rêves de Mylène...

Rêver

 

D'avoir mis son âme dans tes mains
tu l'as froissé comme un chagrin
et d'avoir condamné vos différences
nous ne marcherons plus ensemble

Sa vie ne bat plus que d'une aile
dansent les flammes, les bras se lèvent
là où il va il fait un froid mortel
si l'homme ne change de ciel pourtant,

j'ai rêvé

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
au souffle du vent
s'élevait l'âme, l'humanité
son manteau de sang
j'irai cracher sur vos tombeaux
n'est pas le vrai, n'est pas le beau
j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer

à quoi bon abattre des murs
pour y dresser des sépultures
à force d'ignorer la tolérance
nous ne marcherons plus ensemble

les anges sont las de nous veiller
nous laissent comme un monde avorté
suspendu pour l'éternité
le monde comme une pendule
qui s'est arrêtée

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
au souffle du vent
s'élevait l'âme, l'humanité
son manteau de sang
j'irai cracher sur vos tombeaux
n'est pas le vrai, n'est pas le beau
j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer

j'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer
j'avais rêvé du mot AIMER

 

Sites magnifiques sur Mylène Farmer :

 

http://www.mylene-art.com/#

 

http://www.mylene.net/mylene/index.php

 

L’univers Farmer :

 

http://univers.mylene-farmer.com/

 

Top site de Mylène Farmer :

 

http://www.root-top.com/topsite/obiwan/index.php



14:27 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

18/01/2005

Lynda Lemay...J'adore... Elle reviendra souvent sur le blog avec d'autres textes !

J’aime pas les femmes

Y'a des fois, j'aime pas les femmes
Souvent, j'les hais parce qu'elles sont belles
Quand elles sont fortes, je les blâme
De vouloir s'prendre pour des hommes

Y'a bien des fois, j'aime pas les hommes
Je leur en veux d’être infidèles
Mais, quand j'pense aux femmes qu'ils trompent
J'me dis que c'est bien fait pour elles

Car, bien des fois, j'aime pas les femmes
Et leur beau discours de p'tite mère
Et j'meurs de honte quand elles se pâment
Pour un idiot d'homme ordinaire

Parce que, bien sûr, j'aime pas les hommes
Quand ils me chassent d'leur univers
J'voudrais qu'y m'prennent pour un des leurs
J'voudrais bien partager leur bière

J'me sens ridiculement femme
C'est-à-dire frustrée de nature
Une de celles qui font les drames
Pendant qu'leurs hommes font les durs

Y'a bien des fois, j'aime pas les hommes
Et, pourtant j'voudrais qu'ils m'adoptent
Qu'y m'apprennent à ret'nir mes larmes
A m'sentir fière d'être sotte

C'que j'peux m'en vouloir d'être une femme
Surtout quand j'tombe dans les filets
D'un de ces pauvres polygames
Qui m'jure de s'en aller jamais

J’aime pas les hommes qui me déchirent,

J’aime pas les femmes qui me console,

Lorsque les hommes veulent revenir

Y a ces même femmes qui me les volent

J'aime pas les femmes quand elles vieillissent
Avec des marques de chagrin
Je hais les hommes de père en fils
Car y comprennent jamais rien

J’aime pas les femmes qui se promènent

Qui s’en vont s’perdre dans tes secrets

Elles sont peut-être les prochaines

Que tu bris’ras à jamais

Toi que je hais

Toi que j’aimais

Le site officiel de Linda Lemay :

http://www.lyndalemay.com/

Le site du Fan-club de Linda

Avec plein de choses très intéressantes :

http://www.lynda-lemay.net/



01:07 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

16/01/2005

Le remède d'Axelle Red est excellent ...

Je pense à toi

 

Quand rien ne va
Je pense à toi.
T'es mon soleil
Plus jamais froid
Le monde est gris,
Il ne sourit pas !
Mon truc à moi,
Je pense à toi.

Quand tout est trouble
Et me déçoit
C'est toi qui brilles
La pluie s'en va
Le monde en rie ?
Toujours pas.
Mon truc à moi,
Je pense à toi.

Ce matin chaque chose me pèse
Le moindre détail devient casse-pieds
J'passe encore à côté d'une bonne journée
Alors je pense à toi

Quand rien ne va
Je pense à toi.
T'es mon soleil
Plus jamais froid
Le monde est gris,
Il ne sourit pas !
Mon truc à moi,
Je pense à toi.

The sky is grey
You make my day
The thought of you
Clouds move away
The world's morning
Not happy to be
I think of you
You make my day

J'ai des jours où

les questions m'arrosent
La nuit tombe et

j'en suis toujours là
J'pense à toi et les fleurs
Reprennent leurs couleurs
Je n'ai plus peur.

Quand rien ne va
Je pense à toi.
T'es mon soleil
Plus jamais froid
Le monde est gris,
Il ne sourit pas !
Mon truc à moi,
Je pense à toi.

Quand tout est trouble
Et me déçoit
C'est toi qui brilles
La pluie s'en va
Le monde en rie ?
Toujours pas.
Mon truc à moi,
Je pense à toi.

Le site officiel d’Axelle Red :

 

http://www.axelle-red.com/fr/actualite/


15:37 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/01/2005

Quand ZAZIE prend les armes...

Aux armes citoyennes

 

A ceux qui pensent
Qu'Eve est seulement
Une moitié d'Adam
A ceux qui disent
Qu'elle est la mère
De tous les vices
A ceux qui se permettent
D'être le seul maître
Après Dieu
A ceux qui rient
A celles qui pleurent

A ceux qui vont
Libres comme l'air
A celles qui se terrent
A ceux qui ont
Le droit de dire
Elles, de se taire
A ceux qui prennent la vie
De celles qui donnent la vie
A ceux qui rient
De celles qui pleurent

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des crimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres

A celles qu'on opprime
Pour avoir commis le crime
D'aimer
A celles qu'on supprime
Pour un peu de peau
Dévoilée
A celles qu'on assassine
Pour avoir tenté de leur résister
A nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des victimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres
A nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Aux armes, versons
Les larmes qui nous viennent
Au feu des canons
Aux hommes que reviennent
Un peu de raison
Et au Diable les autres

Aux armes, citoyennes
Nos larmes seront
Le forces qui nous tiennent
Ensemble, marchons
Puisque l'horreur est humaine
Sur elle versons
Nos larmes en pardon

 

Aller à la rencontre de ZAZIE

 

http://madeinweb.free.fr/structure_globale.htm

 

 



18:22 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Un texte de ENZO ENZO...

Quelqu’un de bien

 

Debout devant ses illusions
Une femme que plus rien

ne dérange
Détenue de son abandon
Son ennui lui donne le change
Que retient elle de sa vie
Qu'elle pourrait revoir

en peinture
Dans un joli cadre verni
En évidence sur un mur

Un mariage en Technicolor
Un couple dans les tons pastels
Assez d'argent sans trop d'efforts
Pour deux trois folies mensuelles
Elle a rêvé comme tout le monde
Qu'elle tutoyait quelques vedettes
Mais ses rêves en elle se fondent
Maintenant son espoir serait d'être
 
Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien
Le coeur a portée de main
Juste quelqu'un de bien
Sans grand destin
Une amie à qui l'on tient
Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien


Il m'arrive aussi de ces heures
Où ma vie se penche sur le vide
Coupés tous les bruits du moteur
Au dessus de terres arides
Je plane à l'aube d'un malaise
Comme un soleil qui veut du mal
Aucune réponse n'apaise
Mes questions à la verticale
J'dis bonjour à la boulangère
Je tiens la porte a la vieille dame
Des fleurs pour la fête des mères
Et ce week-end à Amsterdam
Pour que tu m'aimes encore un peu
Quand je n'attends que du mépris
Al'heure où s'enfuit le Bon Dieu
Qui pourrait me dire si je suis

Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien
Le coeur a portée de main
Juste quelqu'un de bien
Sans grand destin
Une amie à qui l'on tient
Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien

 

J'aime à penser que tous les hommes
S'arrêtent parfois de poursuivre
L'ambition de marcher sur Rome
Et connaissent la peur de vivre.
Sur le bas-côté de la route,
Sur la bande d'arrêt d'urgence
Comme des gens qui parlent

et qui doutent
D'être au delà des apparences

 

Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien
Le coeur a portée de main
Juste quelqu'un de bien
Sans grand destin
Une amie à qui l'on tient
Juste quelqu'un de bien
Quelqu'un de bien

 

 

Alors, Vous aimez ?

Donnez-moi votre avis !

 

En savoir plus sur Enzo Enzo :

 

http://www.comnet.ca/~rg/enzo.htm



15:32 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bonjour à tous !Soyez les bienvenusSur Angel’ women&

Bonjour à tous !

Soyez les bienvenus

Sur Angel’ women !

Vous allez pouvoir

découvrir ici des

poèmes, des textes

de chansons, ou

des pensées d’artistes

féminines que j’apprécie

qu’elles soient chanteuses,

comédiennes, poétesses,

connues ou inconnues !

00:08 Écrit par Malak | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |